Le problème, c’est que je suis top brouillon.

***

Je me sens capable d’une Totalité, mais ne rédige que des fragments…

***

Je ne suis ni philosophe ni écrivain : je ne fais que tenir les minutes de mon effondrement…

***

Quand l’on a le temps, tout devient secondaire; tout, oui, hormis l’ennui…

***

Tiens! – Encore une extase…

***

Le bon-goût, c’est, à 3h du matin, de saluer une vieille pute par un : <>…

***

L’on peut abuser de tout, sauf de l’erreur.

***

j’avais prévu d’être bien total, oui, – mais me revoici dans le fragment…

***

15′ après les neuroleptiques, extase redoublée.

***

Laissez-moi me reposer dans la virtualité… – Que dis-je? – M’y vautrer…

***

Me voici de retour aux manettes, armé de mystique & de pessimisme extatique…

***

« Volonté de chance. »
Bataille, Le coupable

***

Projets qui défilent à toute vitesse dans mon esprit. (17′ après ingestion. )

***

« Ce qui compte, ce n’est pas la vie éternelle, mais l’éternelle vitalité. »
Nietzsche, Crépuscule des idoles

***

Ma période Parisienne & tout ce fric claqué en tout et rien, surtout en came. & dire que ce n’est que maintenant que je me converti à l’utile, Dieu que Baudelaire haïssait…

***

Dans ce bar depuis ce matin, avec cette impression : je suis le seul, parmi tous ces gens, à être doté d’une âme…

***

L’ennui fût, est & sera la grande expérience de ma vie; je sais déjà que je n’y échapperai jamais.
Oui, je suis un oisif over-booké.

***

Je suis un mystique du Doute.

***

– Je crois que je vais me tirer.
-Du bar?
-Non, du monde…

***

Aboulie : je n’ai ni envie de rester, ni envie de partir.

***

« Tout fout le camp!, C’était mieux avant, etc. » dit le philistin d’aujourd’hui. Toutefois, annoncez-lui que le progrès n’existe pas & vous pouvez être certain qu’il va vous insulter…

***

J’ignore s’il vaut mieux faire envie que pitié, mais j’ai honte de moi chaque fois que je pense aux motivations de mes contemporains.

***

Si une vérité n’est pas périlleuse, sachez qu’il ne s’agit pas d’une vérité.

***

L’on ne fait appel au Destin q’une fois que l’on a abandonné toute illusion.

***

Écrire, d’accord, mais alors sur ce que l’on a expérimenté. Voire : sur ce dont on n’est pas encore revenu…

***

Les racines de l’ennui sont métaphysiques.

***

Ma bibliothèque, je voudrais la brûler…

***

15:11, une extase!…

***

Ennui sans fond!

***

Il faut que je travaille ma volonté.

***

Mon Dieu! – Encore une extase…

***

Avoir vraiment la foi consiste à convaincre un addictologue de se mettre à la came.

***

Je me sens de plus-en-plus mystique…

***

En moi combattent les forces du Chaos & celles de la Raison. – Mais lesquelles vont l’emporter? Il vaudrait sûrement mieux pour moi que ce soient les premières…

***

Poussée d’Angoisse, atroce…

***

Hyper-excitation!

***

& Extase…

***

« la solitude n’apprend pas à être seul, elle apprend à être le seul. »
Cioran

***

Pour vivre dans la joie, il convient de savoir se faire des ennemis.

***

Extase horizontale.

***

Je retrouve enfin ce sentiment mystique & angoissé. – Mais je préfère céder au silence.

***

J’aurais fait un bon bipolaire, un excellent maniaco-dépressif, mais j’ai trop tôt sombré dans la schizophrénie…

***

Dieu est Volonté!

***

Projets extatiques!

***

Si je cesse de faire fonctionner mon intelligence, hé bien, je suis mort pour vous.

***

Voix…

***

Le talent est préférable au génie : au moins y est-on contemporain de soi-même…

***

23′ après les tranquillisants, brève extase.

***

Extase sur extase…

***

Je ne suis pas fait pour les Totalités, les systèmes, non – mais je rame aussi dans le fragment.

***

Extase des plus intense; si mon esprit ne cède pas, ce sera mon corps.

***

J’ai fort peu de qualité, en tant qu’être humain; j’ai toutefois une faculté d’endurance hors du commun.

***

Ma vie ne fût que mésentente, oui, – & silence d’innombrables nuits sans sommeil.

***

Impression que le Gouffre me gagne…

***

Je ne vois pas en quoi la conscience saurait être autre-chose que la méditation sur la mort.

***

l’abîme me hante littéralement.

***

Une heure de méditation sur le Néant & la vacuité vaut dix ans de spéculation. En effet, après, écrire relève d’une faute de goût.

***

Je n’excelle pas dans l’aphorisme, mais c’est la seule forme qui me tente vraiment. Ha!, j’oubliait : il y a la conversation…

***

Penser? J’y sursois; c’est bien trop fatiguant.

***

Écrire froidement de la poésie & penser en barbare.

***

Dans l’extase véritable, telle qu’il m’est souvent donné d’expérimenter, il n’y a nulle trace de conscience.

***

J’ai des préventions à l’endroit de Beckett & de Kafka. Serait-ce une peur, une inquiétude commune?…

***

Plus ça va, plus je me rapproche de Bataille & autres mystiques athées. Que dis-je? – Païens!

***

Je ne m’intéresse pas au « présent »; seul l’inachevé trouve grâce à mes yeux.

***

Commencer dans l’excellence & finir fraudeur…

***

J’ai raté ma carrière dans la musique. Dans le silence de la musique. Bref, je me suis trompé d’espèce : c’est le règne du minéral auquel j’aspire en réalité…

***

Lire vite & marcher lentement.

***

« J’aime mieux lire qu’écrire. », dit Cioran. En ce qui me concerne, je ne puis m’empêcher de faire les deux.

***

Ne pas se disperser, voila le fin mot de la discipline.

***

Crise mystique d’une demi seconde…

***

Se maintenir au bord du désir.

***

Discontinuité presque complète.

***

Je me sens porteur d’un poids, de quelque affreux fardeau.

***

Je suis tellement fragmentaire que même la Bible pourrait être l’occasion d’un aphorisme, sinon d’un bon mot.

***

Entre mystique & ruine de la Pensée.

***

Lapsus : au lieu de lire « région », je lis « religion ».

***

Le Néant m’oppresse physiquement!

***

Je suis tombé au-delà de Dieu…

***

22h27. La fatigue s’empare de moi.

***

Moment d’hystérie concrète.

***

Je commence de bouger dans tous les sens. Agitation! Agitation! Agitation!…

***

Je me soustrais du genre humain.

***

Tout va de plus-en-plus vite!

***

L’Esprit est une blague!

***

Je suis obligé de jeter bas toute idée de totalité…

***

Réfléchir , je n’y arrive pas. – Je ne suis qu’un animal…

***

Je suis atrocement seul, seul, seul, – seul…

***

D’un coup, angoisse insupportable.

***

Dépression complète.

***

J’écris en marge de moi-même.

***

I’m going Deathward.

***

Les tentatives de suicide n’existent pas; l’on se suicide par besoin.

***

Week-end.
Pas un coup de téléphone, pas un texto ou autre mails. Je suis aussi seul que si j’étais mort…

***

J’entends chaque minute s’écouler…

***

Je suis en-deçà de ma propre mort…

***

Que serait-il donc passé si je n’avais pas l’endurance?…

***

Aujourd’hui, je suis possédé par l’Ennui.

***

Retour au fragment. Mon évasion dans la totalité aura été de courte durée…

***

À plus de deux personne, je ne pratique plus la conversation : je me tais & me laisse aller à ma mélodie intérieure.

***

Mystique à l’envers…

***

Hyper-activité. Je n’en peux plus…

***

Exaltation noire!

***

Panne dans le réel.

***

Écrivain du soir n’est pas écrivain du matin.

***

Joie funèbre.

***

Stérilité quasi-complète & idiotie…

***

Je suis en-dessous de moi-même.

***

Je ne crois en rien; j’ai même carrément arrêté de marcher…

***

Immobilité complète, ataraxie.

***

Tout se colore en noir.

***

Je disparais…

***

Sentiment atroce de perte irrémédiable.

***

Je suis un Chrétien ayant manqué sa carrière de Juif…

***

Je suis affreusement égoïste, j’en ai conscience, mais je ne suis préoccupé que par mon moi.

***

Infâme!

***

Aujourd’hui, j’ai eu tellement peu de courage qu’il m’a fallu 2h avant de me décider à aller acheter des cigarettes.

***

Humeur noire & angoisse.

***

Je ne suis plus capable de rien!

***

J’étais bien parti pour une totalité, mais sombre de nouveau dans le fragment, dans l’horreur de l’inachevé…

***

Les neuroleptiques me calment un peu, mais je suis toujours dans le cirage…

***

Lecture de la correspondance de Kafka. Impression que, lui aussi, il était mort avant l’heure.

***

&, qui pis est, il pleut de plus belle…
Oui, avoir un tempérament métaphysique & se plaindre du mauvais temps…

***

La dépression consiste en une perte complète de l’esprit de fête…

***

Hier, comme tous les dimanches j’ai été crucifié.

***

L’autre jour, cédant à mon penchant de m’écouter parler, je saoule cette fille à lui parler de religion. Aujourd’hui, j’apprends qu’elle m’a trouvé chiant…
– Voila ce qu’il en coûte d’aller trop directement à l’essentiel…

***

La semaine dernière, sentiment de la totalité. J’ai écrit de façon brouillonne & inconséquente, dans l’oubli presque complet de moi-même. Puis, hier, je me suis remis au fragment.
Au moins est-ce là quelque-chose qui me va. Oui, il convient de trouver sa pente, même si c’est pour ne se réaliser qu’à moitié. À moitié? – Que dis-je? – Au centième…

***

Ce con qui parle plus fort que tout le monde, ayant un avis sur tout. Décidément, même après Flaubert & Rimbaud, Monsieur prud’homme n’est pas mort…

***

Besoin d’être une fleur!

***

L’angoisse commence par une difficulté atroce à respirer, puis monte lentement vers le coeur, puis descend sur l’estomac.
Si l’angoisse ne me tue pas, franchement, c’est que je suis immortel…

***

Je déteste écrire, mais m’ennuis trop pour faire autre-chose.

***

Je ne sais franchement plus quoi faire pour redresser la barre. J’ai un brouillard permanent dans l’Esprit, une difficulté à penser quand, justement, cela serait urgent. ajoutez à cela ce Bourdon effroyable, ce poids sur la conscience.
J’arrête de prendre des médicament; en effet, ce n’aurait pour conséquences que d’accentuer ma tristesse.

***

Cette angoisse qui brûle, qui pique, véritable ciseau pensant…

***

Souvenirs physiques; l’atavisme n’est pas, pour moi, un vain mot.

***

Inquiétude sans objet.

***

Impression de n’écrire que pour noircir du papier, donner le sentiment que je fais quelque-chose…

***

Le XIX eme, mélange de vérole & d’ennui; le XX eme, totalitarisme & dépression. Enfin, le XXI eme, porno & Burn out…

***

À ce stade, je suis convaincu que rien ne pourra me sauver. D’où ma décision d’arrêter les médocs.

***

Hier au soir, « Titanic ». Je puis dire que je me suis identifié au bateau, c-à-d au naufrage.
Bref, au sortir de ce film, j’ai dormi une pleine nuit…

***

Kafka est trop blanc pour moi.

***

Je n’arrive à me mettre à rien. Je suis insupportable, même à mes propres yeux.

***

Je désespère même d’être un cas.

***

Il faut forcer sa nature. Franchement, est-ce qu’une pute aime son client?…

***

tout ce qu’il me reste est que de monter le son.

***

Je voudrais bien renoncer, mais à quoi?…

***

Je fume comme un pompier, mange n’importe-quoi à n’importe-quelle heure. & dire que je suis le 1er à prôner la discipline…

***

Le voyeurisme littéraire.

***

Je suis vraiment à bout…

***

Je suis levé depuis 8h, & pas un moment de joie. Ha! – L’exaltation d’être un traitre!

***

Lectures, lectures, lectures… – Mais je ne comprends rien.

***

& Dire que j’affiche mon mysticisme…

***

J’aurais, en effet, fait un croyant de grande ampleur. Pascal aurait pâli à côté de moi…

***

L’histoire éternelle des philosophes : essayez donc de parler technique sans que le premier con venu cite Heidegger…

***

Il me faut sortir du scepticisme. Pour aller où? Mais aux chiottes, bien-sûr…

***

Quand l’on a vécu ne serait-ce qu’une extase, l’on aspire à retrouver cet état. Moi qui en vis une toutes les dix minutes, je ne vois vraiment pas l’intérêt de ce ravissement.
C’est en quoi je ne pourrai jamais croire…

***

Le passionné ne se contente pas de Dieu : il veut remonter avant.

***

Naître est une erreur ou, à tout le moins, est-ce inapproprié…

***

Un ennuyé est un fou du temps.

***

Exigez de grands discours, vous en aurez pour vôtre argent. Par contre, sommez les gens au silence & on vous insultera. – On vous… Crucifiera.

***

Angoisse atroce, aux limites du supportable.

***

Seul le Tercian, à ce stade, pourra me sauver.

***

Stupeur, hébétude, il n’y a pas d’autres mots pour qualifier mon état…

***

Ce n’est pas l’ennui, le mal du XIX eme siècle, c’est bel & bien le Romantisme…

***

Poussée mystique?

***

La seul option valable est la catatonie.

***

Le fragment permet de se passer de démonstration, il est confortable. Ha, bon? Mais, non, je ne veux plus en faire!

***

Ne prend parti que celui qui, peu ou prou, a la foi.

***

Mon but n’est rien d’autre qu’amuser le lecteur. Je suis d’accord, par contre : je ne suis pas très drôle…

***

La majorité des gens me donne envie de lui cracher à la gueule.

***

Je ne sais plus qui je suis!

***

Elle me dit être catholique. J’hésite à appeler la police…

***

Elle me demande où je trouve l’inspiration. Je me retiens de lui dire de cesser d’être vulgaire.

***

Je souffre trop, finalement, pour être élégant.

***

& tout mon passé qui revient.

***

De multiples passés, en fait.

***

Impression d’être franchement impudique. Non : narcissique!

***

Je me suis refusé à internet jusqu’à ce que je prenne conscience que c’était schizophrénique.

***

Le « moi profond », etc. Mais la poésie est passée de mode…

***

Si l’on devait résumer mon « oeuvre », j’espère qu’on le ferait par un soupir.

***

Angoisse!

***

Les vibrations commencent, & je sais que ça va être de pire-en-pire.

***

Je pratique une sorte de show sceptique.

***

J’ai aussi gâché ma carrière de Saint, et ce pourquoi?
Oui, dire que je ne suis même pas maudit…

***

L’alcoolique, malgré tout a la foi.

***

À nouveau cette angoisse terrible.

***

Destin tragique? – Pléonasme!

***

Ce qui est dit ne compte pas : seul le style importe – & encore…

***

J’enrage de ne pouvoir écrire autre-chose que des fragments.

***

Aujourd’hui, rien n’y fera, j’ai le cafard.

***

Rien n’y fera, je suis trop angoissé.

***

Ça y est! – Je perd toute identité…

***

Je suis un autre…

***

& dire que je suis à la recherche de l’Unité…

***

Putain!, c’est pas gai…

***

Déprime complète!

***

Je ne puis poursuivre un Pensée, je ne puis que demeurer au niveau du fragment.

***

Sensation d’asphyxie complète; je ne suis plus maître de moi-même.

***

Vivement que la journée se finisse…

***

Aucun moment de joie aujourd’hui.

***

Ça semble s’améliorer. ( 15:30 )

***

Impression de n’avoir jamais dormi.

***

Retour du Bourdon.

***

L' »automne des pensées », moi aussi, je l’ai atteint.

***

Quel écrivain n’aurais-je pas fait si, au moins, j’avais eu un style!…

***

J’espère q’après la mort, l’on se repose.

***

Mon vrai chef d’oeuvre réside dans la façon dont j’ai raté ma vie.

***

Ça y est! – une extase…

***

Vite!, essayer d’avoir l’air affairé.

***

Le vieux qui veut avoir l’air jeune, c’est pire que tout, du moins dans l’échelle du goût.

***

Je m’apprête à une bonne nuit de travail & fini par regarder une série télévisée…

***

À quoi sert la bonne humeur qui vient trop tard?

***

Si ça continue ainsi, je mourrai dans l’après-midi.

***

Je n’écrit que sur ce qui m’obsède.

***

Franchement, la bonne humeur après 16:OO, c’est du mauvais goût. C’est même carrément indécent…

***

Apathie complète, & ce depuis ce matin.

***

J’ai, depuis ce matin, décidé de me taire, & remarque avec amertume que ça ne change rien.

***

vacuité, certes, mais vacuité consciente…

***

Ne pratiquent le Jugement que les sclérosés qui veulent se venger de leur stagnation.

***

Toute injustice commence par le Jugement. À l’inverse, l’évaluation permet de hiérarchiser sans avoir recours à la morale.

***

Percevoir le Rien, voila qui n’est pas donné à tout le monde. Cela dit pour me consoler…

***

17:10. Ce n’est pourtant pas l’heure de faire une extase.

***

Je ne me sens plus du tout mystique.

***

Faire un système? Quelle faute de goût…

***

Je ne puis plus rien faire de continu.

***

Retour catatonique sur moi-même.

***

Je ne suis pas démocrate : je prône la République du Vide.

***

& celle de l’Esprit.

***

Extase!!!

***

Aucune suite dans les idées.

***

Aboulie complète, doublée d’une panne dans les idées.

***

Je fais le portrait d’un mourant, moi…

***

Je ne parviens même pas à me hisser au niveau de mon désespoir.

***

Extase!

***

Forcer sa nature, je l’ai fait. Mais je me suis pris à mon propre jeu.

***

La Religion est mise à mal par le sentiment religieux, celui que, justement, je pratique.

***

La veille est la lucidité mise à portée de tous.

***

La décadence commence par la peur de la solitude.

***

Mieux vaut, pour une civilisation, générer des fanatiques plutôt que des journalistes…

***

Aucune inspiration…
J’ai de ces mots…

***

Le temps est hors de moi.

***

Le pire, dans l’addiction, c’est que de se sentir coupable. Mais l’innocence, que l’on arrête ou non les mauvaises habitudes, est, elle, inexorablement perdue.

***

Projets! Vite, un tranquillisant…

***

Il n’y a plus d' »avenir »…

***

Je n’ai rien à foutre. Au lieu de m’en réjouir, je m’en afflige. Je participe…

***

10:37. Je me prépare au pire.

***

Si j’étais vraiment sincère, je ne mettrais même plus de majuscule.

***

« Tenir le pas gagné. »
Rimbaud

***

Intolérable, tel est le mot que je mâche & remâche…

***

Elle me dit bonjour. Qu’a-t-elle donc à vendre?…

***

Fragments, fragments… Ne suis-je capable que de ça? En fait, c’est déjà une victoire : je suis capable, en réalité, de beaucoup moins…

***

Pourquoi ne parler que d’impasses? Je parle de ce que je connais, c’est tout.

***

Toutes mes pensées viennent de mes souffrances. Celle-là ne fait pas exception : j’ai mal à la tête.

***

Les gens qui prennent tout à la plaisanterie m’agacent. Presque autant que ceux qui prennent tout au sérieux…

***

Je me demande maintenant pourquoi j’ai essayé d’écrire autre-chose que des fragments.

***

En fait, tout peut être l’occasion d’un fragment, c-à-d, l’occasion d’une occasion…

***

Le fragment est le luxe de la Pensée.

***

Aujourd’hui, j’écoute Hendrix en boucle, histoire de me donner de l’énergie. Ça marche : même la mort me semble de mauvais goût.

***

Je me blinde de tranquillisants & vais voir ce qui arrive. À ce titre, mon levé est exemplaire; au matin, une seule question me taraude : quelles conneries vais-je encore inventer aujourd’hui?…

***

Mégalomane comme pas un, j’ai au moins cette modestie : en société, je suis discret. Modestie?, non, c’est tout simplement que mes contemporains me dégoûtent…

***

L’origine de la Philosophie est la Grèce. Plus de deux siècle plus tard, elle s’est dégradée en Pensée, pour ne rien dire ici du commentaire.

***

J’ai le pli de la fin.

***

L’Histoire est une déformation du temps. Sans Chronos, le devenir serait épileptique…

***

Les politique, en ces temps électoraux & électoralistes, essaient de nous rendre confiance en l’avenir. Cela discrédite la campagne, sinon la politique elle-même…

***

& le corps qui se souvient…

***

Extase! Mais il ne suffit pas de le dire, il faudrait que je m’explique, que je détaille. Mais cela en atténuerait l’énigme.

***

Oui, malheur à celui qui s’est expliqué.

***

Hendrix me donne du courage, ai-je dit. Oui, mais pas la force d’abdiquer.

***

Le roman psychologique, dernier avatar de l’art bourgeois.

***

Prendre conscience de quoi que ce soit est funeste. Que dire du fait de prendre conscience d’être un homme.
En ce qui me concerne, je revendique le singe innocent qui est mon seul modèle, mon père spirituel.

***

Encore une extase, cela devient de pire-en-pire…

***

Le mouvement des « indignés » me fait marrer. En effet, toute la force de l’Homme est dans la résignation.

***

Lire la Bible comme le télé Z, c’est à cela que l’on reconnaît la Classe.

***

Hyper-excitation!

***

L’ennui, s’il a été tellement important dans ma vie, c’est par l’innocence qu’il suppose; c’est qu’il permet de sortir de l’Histoire.

***

« Le temps est hors de ses gonds. »
Shakespeare

***

Extase!

***

Combien ai-je fait d’extase aujourd’hui? Trop, sûrement. Mais mon métabolisme est ainsi fait que soit je suis trop moi-même, soit pas assez.

***

Je n’ai jamais mené un travail à son terme. J’ai honte de le dire mais, au cours de ma vie, je n’ai pas du travailler plus de deux mois, trois maxi. Cioran disait que ses parents avaient « financé ses insomnie »; en ce qui me concerne, mon oisiveté, je l’ai vécu, jusqu’à une période récente, à crédit.

***

Il n’y a pas de musique clinique. L’écriture, par contre…

***

Encore une extase!
Mais ne croyez pas que je puisse décrire cela, étant donné que ça ne dure que l’espace d’une fugitive seconde. Il s’agit d’une sorte d’illumination, de clarté au milieu du désespoir.

***

C’est pendant les vacances que je me promène le plus. En effet, étant donné qu’il y a moins de gens dans les rues, cela me permet de ne pas trop avoir à endurer la gueule de mes contemporains…

***

L’on reconnaît une civilisation sur le déclin à ceci qu’elle terrorise les solitaires & les contamine de bruits.

***

Encore une extase, cela devient farce…

***

Trop de joie, je prends un médoc.

***

Titre possible : « Méditation d’un disciple du mardi. »

***

Mon moi n’est pas un chez-moi.

***

Ce qu’un écrivain a tu semble plus important, pour les commentateurs, que ce qu’il a dit. De là la vogue d’un Rimbaud qui a eu l’élégance de se taire. Imagine-t-on le Poète dans un Salon, on voit ce que ça a donné. Mieux : le voit-on sur le divan?…

***

– Je suis en avance.
– Non, tu es à l’heure…
– Pardon, je voulais dire : en Siècles.

***

Kierkegaard : être contemporain du Christ. Mieux vaut cela qu’être contemporain de Patric Sébastien.

***

Dîtes quelque-chose sur l’homme, personne ne se sentira concerné. Par contre, émettez un avis politique ou littéraire & vous vous attirerez la haine de vos semblable.

***

Il est pitoyable d’être à ce point dépendant du climat.

***

Dans ce bar depuis ce matin, & cette idée : la France est en train de devenir un musée.

***

La catastrophe est inévitable, entend-t-on ici & là. Par contre, la France a le taux de natalité le plus élevé d’Europe.

***

14h. Un coup de bourdon.

***

Encore une extase, mais amoindrie par le cafard.

***

L’Angoisse commence.

***

je vais essayer d’arrêter les médocs pour aujourd’hui.

***

Il me faudrait développer.

***

Je vais pisser alors que ça ne presse pas. Pourquoi? Mais parce que je m’ennuis.

***

À quoi bon se suicider si l’on n’en a pas besoin?…

***

Prétendre à la sagesse & être victime de la colère.

***

Je prends ma Retraite dès aujourd’hui, c’est décidé.

***

Mes extases ne sont point mystiques. – Psychotiques?, sûr.

***

L’homme, cet être bruyant.

***

Plus aucune angoisse. Il semble que le ciel de ma Pensée soit passé de l’Automne à la Canicule.

***

Prendre conscience de sa conscience, voila tout mon problème. Je ne suis pas schizophrène pour rien.

***

L’on me demande ce que je veux dire, quelles sont mes vraies opinions, etc. Mais je n’ai aucune opinion, sans quoi vous pouvez être sûr que je gagnerais de l’argent.

***

Rousseau, hystérique en tout, discrédite la sagesse; Robespierre, la Révolution. La Révolution, seulement? Non : la Politique.

***

Le temps & la Religion, les deux passions de ma vie. Je les ai connectées par le culte de l’ennui, & par mes extases morbides.

***

L’on ne devrait pas parler de tendances suicidaires, mais de pentes. Que dis-je?, de besoin.

***

Prostration complète, tendances à la catatonie, cela a été mon ordinaire depuis Noël dernier. Une bonne nouvelle vient mettre fin à mon anxiété.
& Mes tourments de me manquer…

***

Soit une conversation permet d’éviter un barbiturique soit, à l’inverse, elle oblige à en abuser.

***

Seule l’écriture m’a sauvé, réellement, de la folie. Autant vous dire tout de suite que je regrette jusqu’à ma première ligne.

***

Une angoisse incroyable me brise, me broie, mais il faut supporter ce mal jusqu’à l’absurde, savoir être la lie du genre humain, c’est-à-dire le degré Zéro de la littérature.

***

Fatigue intense, dépression & impossibilité de me lever. Je sombre en-deçà de ma propre mort.

***

Il arrive qu’une anecdote soit plus instructive qu’un roman de 1000 pages. De là la supériorité de la discontinuité.

***

Je ne cesse de plaider pour le désespoir & me bourre de médicaments à la moindre saute d’humeur.

***

Je ne suis pas partisan de l’innovation. J’ai pourtant introduit dans la littérature la notion de vertige horizontal…

***

je ne suis ni misanthrope ni pessimiste; c’est ma nature qui parle en ces fragments, c-à-d mon double.

***

Les Français, s’éloignant d’une frivolité qui fût leur gloire & leur élégance, se sont perdus; ils sont devenu… Allemands.

***

Une bonne nouvelle vaut tous les tranquillisants du monde. Je n’ai pas dit La Bonne Nouvelle…

***

« La seule chose insupportable, c’est que rien n’est insupportable. » aurait dit Rimbaud. Une leçon de résignation dont il faudrait nourrir nôtre époque. Il est vrai, pourtant, que le Bouddhisme est en vogue. Mais la Sagesse orientale n’est pas faîte pour tous, du moins pour tous ceux qui s’en réclament, les bobo…

***

À 30 ans, l’on ne lis plus Baudelaire comme poète, on le rumine au titre de moraliste.

***

Cette nuit, pour une fois que je dormais, j’ai rêvé que je m’ennuyais.

***

Mon oeuvre, si c’en est bien une, peut se résumer à ceci : la stupeur d’être en vie.

***

Jusqu’ici, je m’abrutissais tous les soirs de tranquillisants & de séries-télé. Mais ça va changer : je vais me coucher tôt.

***

Je l’appelle & elle raccroche, prétextant un « coup de fil important ». Leçon d’humilité s’il en fût : j’ai compris que, même pour elle, que j’adore, mon existence était contingente.

***

Ma vraie mystique a consisté à m’avilir.

***

L’ennui atroce me reprend, cet état que j’ai vécu toute ma vie, avec ce sentiment atroce de vide & d’irréparable. Oui, je me suis ennuyé tout au long de mon existence, presque sans discontinuer.
L’ennui, le vrai ennui est une expérience capitale. Il ne s’agit pas d’un « désoeuvrement » passager, mais d’un véritable postulat existentiel, d’une Séparation d’avec le Temps.

***

Je crois dur comme fer à la « main invisible » de Smith. Pourquoi? Hé bien, parce qu’elle est invisible, justement…

***

Ces derniers temps, je l’avoues, je ne voulais qu’oublier.

***

Faute de faire quelque-chose, je ne me repose jamais.

***

Mon royaume pour un peu d’ironie.

***

J’ai toujours été un apôtre du fragment. Cela vient de ma nature, pas d’un projet – encore moins d’une certitude.

***

La journée part mal.
Tant mieux…

***

Ce monde, je ne puis en être contemporain.

***

Se lever le matin, voila où commence la compromission.

***

Ma mégalomanie est sans borne, au point que je suis convaincu que c’est moi qui souffre le plus.

***

J’ai le pli de la Négation. Je veux dire, de l’inexistence.

***

Tient, ça va mieux. – mais, à tout le moins, cela ne va pas bien.

***

Tous ceux qui vivent à l’extérieur sont des fous.

***

Pour aller bien, cherchez quelqu’un à consoler.

***

Mon identité, bien-sûr, j’en doute. Oui, vraiment, l’on peut dire que je suis nihiliste.

***

Et dire, avec ça, que je ne crois même pas à mes hallucinations.

***

Je me contredis sans cesse. Heureusement, c’est que je suis en vie.

***

Même après ma mort, je resterai là, à ruminer, ruminer, ruminer…

***

Ne pas compatir, voila le premier pas vers la sagesse.

***

J’ai, durant mon existence, fait tellement d’extase que je ne puis envisager de vivre sans. Mais comment l’expliquer? Il ne m’appartient pas de répondre, dans la mesure où je suis sauf « de toute pensée qui trempe dans les phénomènes ».

***

Grande respiration, avec un allant inaccoutumé, il me faut prendre un tranquillisant.

***

Être détaché de tout & se prendre la tête pour des soucis d’argent.

***

Je rêve de putes toutes les nuits. La journée, c’est moi qui en suis une.

***

Ce matin, j’aurais plutôt parié sur la panique, et c’est à peine si j’ai eu un peu le vertige. Ne pas se fier à l’état du matin, telle devrait être mon opinion.
Mais je ne varierai pas : se lever est funeste, et celui qui le fait dans la bonne humeur est proche de la psychose.

***

Respiration de contentement. Jusqu’où ira la manie?

***

Sauter en Dieu hors du désespoir, telle est peut-être la solution. Mais je ne puis me convaincre qu’il s’agit de l’inverse.

***

Extase!

***

Mais je veux parler d’une extase tranquille, d’une extase qui n’emporte, de la subjectivité, que ce qui est trop lourd, trop réactionnaire. En fait, la vraie extase est peut-être la panique, voire carrément l’épilepsie.

***

Je ne suis même pas mon propre contemporain.

***

Brusque crise de découragement, un peu comme si tout était foutu. Je me ravise en ouvrant un livre d’histoire : tout est foutu, peut-être, mais cela ne date pas d’hier.

***

Le blues est l’école de l’endurance.

***

Décrire une extase n’est pas facile. Un de ces jours, disons lorsque j’aurai plus de courage, je m’y attellerai. Mais, non – je sombre dans la peur.

***

II/ À l’école de la fatigue.

Compiler les opinions des autres, voila le travail du philistin contemporain.

***

Vous avez dit progrès? Allez donc vous coucher.

***

Au XX eme siècle, la poésie se met à radoter et tourne en poète du poète. Aujourd’hui, la philo elle-même est menacée.
– L’auto-référence ne menace que les époques dégénérées, incapables de produire quelque-chose de nouveau.

***

Ne rien dire que l’on ne pourrais proférer à 5h du mat’ à la sortie d’une boîte de nuit.

***

10h30. Et la journée est déjà finie. Que dis-je?, la vie…

***

Je suis pris dans la glu de mon moi.

***

Ma légende ne me survivra pas. Ai-je osé dire cela?! Mais, non!, elle me précède. Ha, ça, oui, à une autre époque, j’aurais fait un prophète de premier ordre.

***

Comment donc un linguiste peut-il goûter la poésie?

***

Qu’y aura-t-il après la civilisation, la barbarie n’étant plus d’actualité? Réponse : cette barbarie qu’est la gauche, c-à-d l’inverse même d’une barbarie digne de ce nom, tant elle se fait le chantre du goût.

***

« Montre-moi un coeur affranchi du fardeau des rêves et je te dirai : »voici un homme libre. »
Tennyson

***

Rater sa vie, d’accord, mais encore faut-il le faire avec passion.

***

Se reconnaître en Artaud au point où cela fût mon cas, cela trahit un effondrement imminent. – Ce qui n’a pas loupé.

***

Est condamné au fragment celui qui n’a pas assez vécu pour développer.

***

Les gens à causes sont, la plupart du temps, sans conséquences.

***

Que ne ferais-je pas pour un bon mot…

***

L’esprit de sérieux, le manque d’ironie, dénotent l’indigence spirituelle. Je ne puis, pour autant, pas comprendre l’humour permanent de ceux qui n’ont rien à dire et poussent leur vice jusqu’au mauvais goût.

***

Je reviens d’une promenade encore plus déprimé qu’avant. En effet, il n’est pas bon de côtoyer ses « semblables »…

***

Ma seule passion, la cigarette. – Cela va tellement bien avec l’ennui..

***

Ne pas lutter contre la fatigue; s’étendre pour un oui ou pour un non est une marque de grande valeur.

***

Je suis incapable de développer : je suis arrivé au fameux « point de non style » dont parlent les auteurs de Qu’est-ce que la philosophie? J’ai mis 15 ans à désapprendre, mais j’y suis parvenu.

***

Je suis tellement descendu en moi que l’on pourrait me qualifier d’aventurier psychologique. Mais, non, car je n’y ai trouvé que le vide.

***

Ma contradiction majeure : ne croire en rien et continuer d’écrire.

***

Dommage que se soient perdues les retraites dans les « Déserts », c-à-d hors du « Siècle ». À nôtre époque, rester chez soi est le seul acte de subversion, ce que Pascal avait vu.
– Mais il était par trop mystique, tandis que, moi, je suis catatonique.

***

Impossible de me résoudre à quoi que se soit, et ce depuis l’enfance. Je suis né aboulique. Non : suicidé…

***

La lucidité est un mal intolérable, la conscience, une anomalie.

***

Crise de peur!

***

Cela fait plus d’une heure que j’ai le regard fixé sur l’horloge.

***

S’ils avaient prévus leur dissections, il n’est jusqu’aux Romantiques Allemands qui se seraient tus.

***

Je me demande comment j’ai pu écrire des dissertations, des mémoires universitaires. Je me souviens de la rédaction de ma Maîtrise, durant laquelle j’étais littéralement possédé, dans un état second proche de la dépersonnalisation, sinon de l’extase. Pour mon D.E.A, j’étais en manque d’alcool.
Depuis, j’ai tout simplement cessé de développer. Je ne m’astreins à nul travail, et j’ai quitté la Fac, milieu que je n’ai jamais pu comprendre.

***

J’ai connu tellement de lieux d’enfermement qu’aujourd’hui je puis dire que je préfère le cimetière à l’H.P.

***

La plupart des bobos qui citent Nietzsche ne connaissent de lui que Ecce Homo. Autrement dit, le pire, ce qui leurs permet de n’éprouver aucun des dangers, aucun des abîmes du penseur en question.

***

Retour d’un ennui atroce, comparable à quelque acédie au milieu du monde.

***

Je suis en train de vivre un véritable Enfer.

***

Je reconnais que je suis fatigué à ceci que même la musique m’ennuie. Que dis-je?, même l’eau…

***

Si je m’écoutais, je cesserais tout simplement de m’alimenter. ( J’écris cela au restaurant… )

***

Seul comme il devrait être interdit, je maintiens que la solitude est, chez moi, une vocation.

***

Mon seul roman : auto-complaisance et lâcheté.

***

Je suis inapte à la méditation, cela me rend colérique.

***

Bourdon complet!

***

« La perspective d’avoir un biographe devrait faire renoncer à avoir une vie. »
Cioran

***

J’en suis au stade critique où seul un texte Sacré pourrait me réveiller.

***

Je n’ai aucune expérience, serais-je tenté de mettre dans mon C.V. Aucune expérience, hormis dans l’extase.

***

Écrire un aphorisme est au-delà des droits et des devoirs.

***

Extase tardive, extase quand même;

***

Je ne fais que m’agiter dans le Néant.

***

Tout à l’heure, durant ma promenade matinale, je croise une mendiante, prostrée, agenouillée. Inutile de vous dire que, immédiatement, j’ai filé du fric au premier clochard alcoolique et vociférant.

***

Retour de cette angoisse atroce quoique trop connue.

***

Je connais en effet le bourdon et l’angoisse depuis des temps… – J’allais dire « immémoriaux », mais depuis le temps, en fait.

***

Ne jamais rien faire qui ne résiste au réveil.

***

Non : ne jamais rien faire qui ne donne pas à autrui des idées meurtrières.

***

J’arrive dans cette librairie en vue de m’offrir un livre. Je parcours les rayonnages, puis repère deux-trois trucs intéressants. Soudain, une crise d’aboulie. J’ai peur de hurler, purement et simplement. Je lâche tout séance tenante et retourne boire un café.

***

JE SUIS FATIGUÉ!

***

Je ne discute avec personne, par timidité plus que par mépris, je le confesse.

***

Je n’adhère même plus à la sensation…

***

Ataraxie, oui : s’exercer à l’indifférence.

***

Vogue du Yoga et autres chinoiseries. Inconséquence complète pour ceux qui y voient un divertissement plutôt qu’une discipline et une ascèse.

***

Dans quelles mesures y-a-t-il des souffrances inutiles?

***

Ha!, oui!, la sagesse de l’infâme…

***

Dieu est plus que l’infini; il en est la condition.

***

Dieu est même avant la conscience, c-à-d qu’il se pense. ( Spinoza. )

***

Un soupir suffit à résumer une philosophie, à tout le moins la mienne.

***

Bourdieu avait tout pour faire un bon moraliste.; oui, une théorie des codes et du système symbolique, etc. Tout, en effet, hormis le style. Il restera de lui sa philo et son… Hermétisme.

***

Il ne faudrait rien écrire qui ne procède d’une expérience directe, l’extase et l’ennui avant tout. Je me reprends : ce sont les mêmes choses.

***

Ce matin, vertige atroce. Il est 16h30 et c’est le vertige intérieur, autrement effrayant, qui s’empare de moi.

***

Je sors fumer une clope er un lascar me parle pour me dire que, lui aussi, il s’ennuie. Bien que sachant qu’il essaie de me vendre de la drogue, je ne puis m’empêcher de me dire que je n’ai pas le monopole de l’impatience.

***

Je n’ai jamais rien compris aux philosophies du temps, hormis celle de Heidegger, qui a le bon goût de faire de l’ennui une expérience existentielle.

***

De quand date vraiment la psychologie? Elle date, voila tout…

***

Dieu est une question médicale, ou comment nos aspirations les plus élevées viennent de nos tripes.

***

Deux façons d’être fatigué : la morosité du travail ou l’épuisement des cimes.

***

En terme d’humeur, je ne connais que la mélancolie; même mes extases sont cafardeuses.

***

Le paradis perdu. Le titre est beau. Milton aurait dû s’en tenir là.

***

Ce matin, j’ai observé une mère avec son fils, tranche de vie qui, jadis, m’aurait probablement inspiré une nouvelle. À l’heure actuelle, c’est tout juste si elle m’inspire trois lignes.

***

9h30. Et j’en ai déjà marre…

***

Aucune « inspiration »…

***

Une légère extase, mais rien de bien concret.

***

Si la Russie est tellement fataliste, c’est qu’on ne lui a jamais laissé le choix.

***

Mon Dieu!, une vraie extase.

***

Idiotie complète.

***

hyper-excitation. Je ne vais pas tenir…

***

Extase!

***

Dieu n’est ni en moi ni hors de moi, il est Hailleurs.

***

Extase sous forme d’expansion.

***

Monter le son est ma solution à tout.

***

Attendez un peu, Ô, lecteurs impatients, je prépare l’archet.

***

Si je prend un café de plus, l’on va assister à mon assomption…

***

Allez, – je prends un café…

***

Si je m’ennuis à ce point, c’est la faute de la lenteur du monde.

***

Extase de plus-en-plus difficile à supporter!

***

Crucifixion, c’est là le mot qui convient.

***

Même le Vide est vide – la Pensée.

***

Être tellement personnel pour parvenir à l’impersonnalité.

***

La « main invisible », je veux bien, oui, – ma main au cul…

***

Une extase tardive. (16h )

***

Bourdon complet.

***

À côté de moi, une discussion politique.

***

Comment la journée a-t-elle fait pour passer à la fois vite et lentement?…

***

Out, 17/04/20012

Chers amis,

Il est plus que certains que vous me croyiez capable d’une angoisse complète, ramifiée en réseaux, d’une angoisse par quoi je serais quelqu’un…
– Mais excusez-moi : je ne suis moi-même que par intervalles de douleurs & d’ennuis, & je souffre pour rien, & je n’existe même pas, d’ailleurs. N’allez surtout pas croire que je pense, n’allez pas me demander quoi que ce soit à propos de poésie ou de philo, car je n’ai pas d’avis.

J’ai bien l’impression de vous emmerder depuis trop longtemps avec mes incapacités, mes douleurs & autres Doutes. Aussi vais-je me taire pour longtemps & ravaler ma mystique; aussi est-ce que j’envies déjà la vie silencieuse qui s’offre à moi…

J’ai beaucoup appris ces derniers temps, & qui sait si mon prochain livre de chevet ne sera pas la Bible… Vous me rencontrerez, quoi qu’il en soit, toujours & partout, tant je vais devenir célèbre dans la non-matière & la puissance de Vie, – … de Mort.
C’est pourquoi j’offre mon cul au plus offrant, & ma queue mourante.

***

Qui donc, entre & parmi vous se joindra à la chasse éternelle, & à la Naissance supposée de qui se rend compte, à trois heures du matin. Mais, non! – Il n’est qu’une heure…
N’exigez pas que j’existe maintenant ni dans cinq minutes. Mais peut-être qu’un de ces jours, un de ces quatre, Who Khnows…

***

Bien-sûr que je sais : j’ai toutes les Voix, mais il faut encore inventer, voler, être influencé.  » Voix de personne »? Bien… Pour l’heure, je suis plus que tenté par l’anonymat des grandes villes qui hurlent d’une douleurs que je ne connais que trop bien. N’ai-je pas dit : « en silence au soleil de la mort »?…

Mais, non, ça c’est du cinéma, du cinéma pour le suicide clair & net…

***

je ne ferai que brûler entre tous, je serai le plus lumineux des inconnus. Le Christ m’en est Témoin. Par St Jimi Hendrix, encore un de tes coups tordus, tu vas pas nous la faire, ce coup-là… En silence au soleil de la mort ou non, peu importe…

L’Angoisse risque de me tordre encore un peu, mais au moins serai-je Libre, de la Liberté innocente de l’Enfant, du lion & du Chameaux. Où que j’ai encore fait ce marché dégueulasse?…

***

je suis trop vieux pour pour être jeune, c’est un sophisme contemporain, & la littérature officiel me combat. Moi qui, justement, n’existe pas – à moins que per ouï-dire…

Bref, un autre jour, peut-être, mais je suis sûrement trop fatigué… « Dans les Sanatorium infernaux & urbain, je vous entends… comment dire, rimer, oui?…

***

– Mais je pourrais aussi me taire… Ou enseigner sans saigner. Paroles brutales s’il en fût, mais je ne fais que proliférer gentiment comme u bon vieux cancer à l’ancienne mode

Gagne au Loto si tu le peux, si tu y crois, mais ne fais chier personne avec ce genre de trucs qui ne m’intéressent pas… Du moins pas encore

***

& avec ça tant d’autres vies que je n’ai pu connaître, que je ne connaîtrai jamais, c’est trop de douleurs Dieu encore ces mondes immondes…

tellement de couleurs, & ces jaunes & ces jaunes liberté en plus

***

vaincu par le travail de ces cité sans nom, sans espoir & le bruit du métro Parisien
quand l’appel du soir se fait entendre de prose rien à foutre & les ennuis ici encore & toujours
vers un autre départ

***

encore l’West & encore toutes ces directions, ces mosaïques inutiles & autres automatismes

***

enfances toutefois était ma nuit

***

les soleils sont à-peu-près bleu & pissent dans mes fenêtres loquaces
j’entends les bruits fureur de la nuit, puissance des réverbères dans les draps souillés & violets du nocturne Indien passant les Yards de génération en génération
sans réfléchir je tends mes nerfs d’au-revoir

***

n’utilises pas tes journées à pourvoir les immeubles de couleurs intolérables & surtout n’use pas la rue & encore
domine tes hésitations même s’il s’agit de tromperies caractérisées & l’amour de Jadis
ne reviendra pas sur tes pas au revoir la Promenade & les perspectives d’allant tronqués

***

je me réinvente
pliant à mon goût les matin

***

broie le Sud affreux dans du sable lointain

***

minute, il y a eu un massacre par là
ou des naissances ou des promesses

qui? quoi? où?
par là, je vais te faire visiter
les départs de la nuit

***

Ennui atroce!

Notes à propos du Pessimisme.

Paradoxe : pour être optimiste, il faut être pessimiste.

***

Il y a une foi derrière tout ce qui respire, mange & défèque.

***

Angoisse atroce, déchirante.

***

Jésus s’est-il suicidé?

***

Quand il n’y a plus d’espoir, c’est là que commence l’Espoir.

***

Toute musique est Religieuse par essence.

***

Le Christ, un Chaman?

***

Voix venant du Passé,
enregistrées pour l’Éternité.

***

Je suis confronté au problème du pessimisme. Au moins est-ce que je reconnais qu’il y a problème.

***

La contradiction est une position intenable. C’est pourtant le lot de l’Homme.

***

Aussi, le pessimisme & l’optimisme sont également impossible.
– Nécessité d’une dialectique.

***

Je prône la Délivrance & la Grande Innocence.

***

Sortir du désespoir est difficile, autant que de se brûler à la flamme de L’Espoir.

***

Eurêka, de Poe. Il a trouvé, certes, – mais trouvé quoi?…

***

Musique & Religion : les deux doivent parler à l’intellect. – & Nous permettre d’exister. À moi, l’existence fait problème.

***

Extase.

Je suis hyper-agité, avec une foule de projets. Je me lève pour marcher & pleure. Tout va de plus-en-plus vite – & j’ai peur que de ne pas tenir le coup. je ‘élève & chute, puis m’élève encore – & rechute.
Projets sur projets – je vais défaillir… Une énergie débordante, une élévation plus que certaine. Émotions en Soi. Je veux dire que j’aime et hais, – mais qui?…
Je bois des litres de cafés & me défonce aux amphés. vibrations, vibrations – & c’est de pire en pire. Je me relève.
– & le désespoir me fond dessus.

***

L’angoisse est de plus-en-plus forte, véritable crise mystique à l’envers.

***

Pour endurer la Joie, il me faudrait des forces que je n’ai pas.

***

Angoisse mystique?

***

Aujourd’hui, l’Église ne fait plus appel à l’intelligence. Mais, franchement, l’a-t-elle déjà convoquée?…

***

L’on ne dois pas s’habituer. En effet, l’habitude conduit à la vengeance.

***

Résolution des contradiction?
Non, il faut d’abord comprendre.

***

Hegel est le contraire d’un mystique : il résout les contradictions par le recours à la Négation, c-à-d, en introduisant un élément de plus.

***

Le ici-&-maintenant Chrétien est le moi, à tout le moins depuis St Augustin, premier psychologue religieux.

***

Désespoir n’est pas angoisse, dans la mesure où l’angoisse est un principe de vie.

***

Mais de quel côté est la culpabilité?

***

La fausse mystique de Madame Bovary, le faut pardon de Amon dans La liste de Schindler.

***

Le saut dans la Raison : Averroes.

***

Je suis un arpenteur d’abîmes.

***

Quand il n’y a plus de culture, seule demeure la superstition de la Culture.

***

Comment marier Religion & Raison?

***

La vie spirituelle n’est pas pour les esprits médiocres…

***

L’on ne trouve Dieu que Dehors.

***

Toujours se conduire en vertueux ironique.

***

Dès que l’on se sent en sécurité dans une pensée, il est plus que temps de l’abandonner.

***

Juger les modes de vie, seule façon d’établir des hiérarchies.

***

& Le reste est bavardages…

***

Avant tout, il convient d’être prudent.

***

Il faut s’incorporer contradictions, c’est le seul moyen de les résoudre.

***

Je suis un maître sans disciple.

***

Complète dépression…

***

Heidegger avec Kierkegaard?

***

Je prône la Libération, pas la liberté.

***

Heidegger : mystique de l’Être.

***

Savoir saisir le Moment.

***

Je le répète : nécessité d’une hiérarchie.

***

Le Savoir doit être dépersonnalisant.

***

De profundis & conversion.

***

Les regrets ne meurent jamais.

***

Extase totale, je contemple, j’assiste.

***

L’oubli de soi-même est indispensable.
Encore la question de la dépersonnalisation.

***

Se convertir au pessimisme.
Je n’ai pas dit : à la tristesse.

***

Retour sur soi?
Non : retour sur ce qui, en soi, n’est pas soi, – c à d : sur ce qui échappe.

***

Pas d’introspection qui tienne : « lointain intérieur ».

***

Dieu est tout ce qui ne peut être conçu.

***

Par là, l’impossible, la limite.

***

Penser & agir lentement, posément.

***

Un putain de voyage dans le passé!

***

L’Impensable, l’Informulable.
La mystique est fondée sur la logique.

***

Mythe & mysticisme.

***

1er point énigmatique : non point l’âme, mais la conscience.

***

La plupart des pensées religieuse se sont forgées contre la Religion.

***

La Mystique, justement…

***

Dans tout ce qui échappe à la Pensée.

***

Ne pas attendre la réponse, telle est la Réponse.

***

Jésus, 1er bluesman?

***

( Je prends une pleine poignée de tranquillisants. )

***

L’Âme, je ne m’en préoccupe que peu. Mais la conscience…

***

Amphétamines & tranquillisants : cocktail de vitesses contradictoires.

***

Il y a, en effet, une vitesse de la question, & une nécessaire lenteur de la réponse.

***

L’on ne peut penser la naissance ni la mort. Pourtant, l’on est déjà né & mort. C’est ainsi que la conscience permet de penser réellement.
– Quant à ce qu’il en est de prendre conscience de sa conscience, cela est l’enseignement du L.S.D.

***

La conscience évacue toute ontologie.
– Mais pas la mystique.

***

L’on peut penser sa renaissance.

***

Dieu est moins Grand que Rapide…

***

Le Bourdon atroce s’empare de moi.

***

Absurde & mystique.

***

Étrangeté radicale du Mystère.

***

Socrate contre le Crucifié : Kierkegaard.
Dionysos contre le Crucifié : Nietzsche.

***

Le maître en apprend autant sur lui-même en enseignant que celui auquel il enseigne.

***

Impossible de se comprendre soi-même dans l’immédiat. Il faut une dialectique dont le moi serait la matière première. À l’inverse, l’on n’a rien compris, hormis Husserl & James, ce qu’il en est de la conscience.
– Immédiate?
– Oui.

***

Compréhension?, Intuition?

***

Le manque;
Le camé en manque est Hégélien par essence.
Faire des provisions, du stock. ( Marx )
Des provisions en énergie. ( Bataille )

***

Dans l’enseignement, nécessité d’un rapport de séduction : « Zarathoustra ne serait-il pas le grand séducteur? »

***

Angoisse atroce!

***

S’extérioriser, puis va-&-vient entre l’extérieur & l’intérieur.
Nomadisme : ne jamais s’installer.

***

Il est impossible que Dieu n’existe pas.
De la même façon, son existence est impossible.
So what?

***

Rôle de la Décision.

***

Auto-détermination. ( Aristote, Pascal, Spinoza, Leibniz, etc. )

***

Je ne vois aucune nécessité à ce que Dieu soit Amour. Énergie, d’accord, mais énergie neutre.

***

Zweig : la Tragédie sans personnage, le mono-drame.

***

Toute pensée profonde (? ) répond à cette définition.

***

Épicure : les dieux n’ont rien à voir avec les hommes.
J.M : « Les dieux se sont foutus de ma gueule. »

***

Angoisse torturante : joie & angoisse.

***

La solitude est une condition, mais il faut que, à un moment ou à un autre, elle s’ouvre; tel est le sens de l’extase.

***

Aujourd’hui, je me sens anormal.

***

Si Jésus revenait aujourd’hui, on le collerait à l’asile…

***

Réconcilier Raison & Religion – je n’ai pas dit : « croyance »…

***

Plié en deux par l’Angoisse.

***

Le Big Bang n’est pas une hypothèse excluant la croyance.

***

Je n’arrive pas à trouver ma voix…

***

La seule faculté humaine qui soit aussi divine est la volonté.

***

Pessimisme & joie.

***

L’angoisse me tord littéralement.

***

Résolution : doute et foi.

***

J’ai de plus-en-plus peur…

***

S’oublier? NON : s’annuler.
La mystique est, je le répète, une dépersonnalisation.

***

Ineffable.

***

je suis au bord de la rupture.

***

Notes à propos du Doute.

La mauvaise foi, au sens de Sartre, consiste à trouver & à se trouver des justifications en vue de mettre un terme eu Doute.

***

« Tout Art est beau qui surgit de la nécessité. » dit à-peu-près Rilke. Quant à moi, je dis que l’Art ne se possède lui-même que dans l’inachevé, le contingent.

***

Je n’arrive pas à faire autre-chose que du fragmentaire. Est-ce une justification? Réponse : non, dans la mesure où le fragment est la forme même du Doute.

***

& Que mon but est l’unité.

***

L’autonomie est le but, la libération.

***

La psychanalyse est une religion fondée sur le soupçon. C’est ce qui la discrédite aux yeux du vrai mystique.

***

Spasmes d’Angoisse!

***

Il en coûte, en effet, que de fréquenter les limites, – surtout celles de la Raison.

***

Avant de faire l’histoire de la Religion, l’on ferait mieux, en termes de propédeutiques, de faire celle de la psycho, c-à-d : du sujet. ( Foucault )

***

Je l’avoues : j’aime souffrir.

***

Logique de l’incorporation de la douleur.

***

L’enthousiasme est une voie vers la Foi.

***

Impossible à celui qui est porteur de l’Unité que d’être compris.

***

L’erreur est une forme de savoir.
Dans quelles mesures peut-on penser sans Hegel?

***

Dieu est omnipotent avant que d’être omniscient.

***

Sans quoi il ne serait pas nécessaire.

***

À ce point d’Angoisse, à ce niveau de désarroi complet…

***

Que serait la Religion si le Christ n’était pas mort en souffrant? À noter qu’il a vécu dans la Joie.

***

La souffrance me déchire;

***

Vaincre la tristesse n’est pas facile.
Car il faut endurer une angoisse intolérable.

***

Je ne suis pas un cul-béni, & estime même que l’on trouve plus Dieu dans les boîtes de nuit que dans une église…

***

Ce qui est important, en matière de sens religieux, c’est d’avoir fait toutes les expériences.
( St Antoine. )

***

Il n’y a aucun intérêt à se sentir coupable.

***

Je fais une terrible différence entre la Religion vécue librement & la religion instituée, qui est arrêt & sclérose, – stase…

***

Ex : l’Église qui ne reconnaît pas la légitimité de la colère.

***

Le vraie miracle serait que Dieu nous aime…

***

Le propre de l’énergie est que de se dissiper, ou de s’accumuler en vue de la dissipation…

***

Je plaide pour une foi résistant à l’analyse.

***

Se défaire de toute philo du sujet, mais voir comment se produit la subjectivité.
( Avec Guattari )

***

Avec le ZYPREXA

Le savoir est une discipline, & il faut l’aborder avec vertu.

***

L’angoisse ne peut être que le fait d’une mystique athée.

***

Le Christianisme se fonde sur la conscience du péché. Ma sagesse (? ), elle, suspecte la conscience d’être un péché…

***

L’angoisse d’aujourd’hui ne me laisse aucun répit.

***

Sentiment d’étrangeté généralisé, comme si le monde se retirait. – Mais je ne vais encore pas emmerder les gens avec ça…

***

« Le saut iliaque accompli, l’attrait quitte la rêverie »
R. Char

***

L’angoisse ne me quitte pas, mais il faut faire avec. Non! – La surmonter.

***

J’endure un véritable supplice.

***

Aimer, c’est sortir de soi, aimer, oui, – y compris s’aimer…

***

Production de subjectivité est production de divinité ou, à tout le moins, de mythes. ( Avec Freud & Lacan. )

***

Dieu est l’Étranger absolu, le plus inconnaissable, le radicalement-différent.

***

Je n’ai pas assez de sang-froid pour aborder sans fièvre les grandes questions.

***

Dans l’amour vrai, l’on se perd; dans la haine, on dort. Dans les deux cas, nous agissons sous l’empire de la passion.

***

Je n’ai vécu que dans le Doute, la septicémie…

***

Les tranquillisants sont anti-religieux par essence.

***

L’angoisse est un vide; l’angoissé pense que le monde est plein, & qu’il est le seul à éprouver cette vacuité.

***

À qui a complètement raté sa vie, comme moi, il ne lui reste plus qu’a réussir sa mort…

***

Angoisse insupportable!

***

Il faut que je ma brûle à la flamme de l’Angoisse.

***

Réaliser totalement le fait d’être-un-homme.

***

Qu’est-ce que : être disciple???

***

16:40. Une sorte de brève extase, mais rien de bien violent.

***

La foi exige-t-elle vraiment un saut? & la Raison?…

***

Je ne vois pas l’intérêt de croire. Tout, chez moi, est voué au Savoir.

***

Tout commence dans la Pensée…

***

2 critiques de Socrate : Kierkegaard & Nietzsche.

***

Ma foi est mise à rude épreuve…

***

Toute éthique est éthique du désir.

***

Une saison en enfer, livre profondément religieux. Un contre-Évangile.

***

Je suis un salaud & le contraire d’un salaud.

***

« Tout devenir est une souffrance. »
Kierkegaard.

***

Je vis à de telles hauteurs que ça en devient impossible.

***

Le Devenir, celui que je comprends.

***

Comprendre Dieu est impossible, tant il est la radicale altérité.

***

Entre désespoir & angoisse.

***

Même comprendre la Passé, cela est impossible.

***

Qu’est-ce que serait ceci : comprendre la musique?…

***

Une brusque extase…

***

La foi est une certitude acquise. De cela, l’on ne s’en rend compte que lorsqu’on la perd.

***

Mais : ce qui n’existe que dans l’Esprit?…

***

Une extase athée?

***

Heidegger & les Grecs.

***

& les Chrétiens.
Mystique de l’Être.

***

Je me demandais ce qui n’allait pas.
Réponse : je n’écoutais plus de blues…

***

Sortir du doute est difficile. Mais il faut commencer par là où les autres finissent. J’espère cependant ne pas être perdu pour la foi.

***

Retour de cette angoisse incroyable, qui me coupe en deux, me sape.

***

Le Doute se pensant lui-même?

***

Je n’ai pas dit : doutant de lui-même.

***

La Foi est une forme dégénérée du Doute.

***

La seule part divine de l’Homme est la Volonté.

***

Quand l’être aimé paraît vulgaire. ( Cioran )

***

Je garde confiance : selon les Grecs, le Doute est une pause, une scolie – à dépasser. Descartes, le faux doute. Il ne s’est pas rendu compte que c’est le Doute même qui est le Démon.

***

Doute & connaissance n’est pas : Doute & Foi.

***

La foi au risque de la psychanalyse, dit à-peu-près Dolto.
Je dirais : la foi au risque de la biologie – de la physiologie…

***

Se maintenir dans l’entre-deux, la Foi & le Doute. Posture ou immortalité?…

***

En effet, la Foi n’est pas donnée : c’est une tension qui se travaille jusqu’à l’épilepsie.

***

( Rôle de la Volonté dans la Foi, & de ceci : « la volonté de Chance. » )

***

S’abolir en Dieu, la musique nous en donne une approximation.

***

« La foi est l’opposé du doute »
Kierkegaard.

Je ne suis pas d’accord. Peut-être que ma pente n’est pas assez religieuse. – Mais, à aucun moment, je n’ai dit que la Foi se limitait à Dieu.

***

Retour de l’Angoisse.

***

Être à la fois optimiste & pessimiste, c’est résoudre au moins une contradiction.

***

L’Enthousiasme est la première forme de la foi. Mais il faut, ensuite, plonger dans le désespoir & l’Angoisse. Sans quoi l’enthousiasme risque de tourner au fanatisme.

***

Rôle des modèles : impossibilité d’être soi-même.

***

Hier, consumé par l’Angoisse.

***

Extase!!!

***

L’on se comprend dans le dialogue, dans la mesure où personne n’a les mêmes problèmes. ( Avec Deleuze )

***

Je ressens toute l’horreur de la Grande Séparation.

***

& Seul un médicament, à ce stade, peut m’aider…

***

L’Angoisse est de retour.

***

& le Bourdon.
– Ai-je résolu les contradictions. Non! – Il faudrait un troisième terme.

***

La Foi est une intensité, une vibration; & l’on comprend pourquoi certains trip d’acide suivent une pente mystique.

***

Je refuse la « mauvaise conscience ». Que dis-je? – Je refuse la conscience tout court…

***

J’aime à introduire un biais, à sous-entendre que je fais autre-chose.

***

Une Homéopathe, à qui je demandais, du fond catatonique de la dépression, de me soigner, me répondît : « Je ne puis rien faire pour vous. Vous n’avez pas la Foi. »

***

Le Christ est celui-qui-fait-signe.

***

Me voici de nouveau déchiré par l’Angoisse…

***

Problème de l’Athée : il pense que la Foi est une croyance, alors que, en réalité, elle est une certitude. Aussi, la perdre est perte d’un monde.

***

Intellect & Émotion.

***

L’angoisse est une extase, ce qu’il reste à celui qui a perdu la Foi.

***

Le non-représentable, donc…

***

Foi de reborn ne vaut que par l’Affranchissement.

***

Je veux dire que je ne parle pas de conversion!

***

Angoisse existentielle.

***

La Foi nécessite une volonté, un saut.

***

J’ai peur…

***

& le saut dans l’absurde?…

***

Les médocs ne peuvent rien contre ce type d’Angoisse.

***

& dire que je croyais tout savoir sur l’Angoisse…

***

Je puis prendre exemple sur le Christ, mais cela ne changera rien eu fait de mon inauthenticité.

***

Mon Angoisse va avoir raison de moi!

***

Je ne fais que commencer de Penser.

***

Kierkegaard : le croyant est un disciple. & celui qui sait?…

***

La Foi est un évènement, pas un continuum.

***

L’Angoisse n’est justiciable de nulle psychologie.

***

La psychanalyse est une religion &, oui, l’on peut l’accepter de la part d’une science.

***

Seuls les bavards sont continus. & l’on ne peut penser profondément que sur le mode fragmentaire.

***

À la fin, le néant ou la joie.

***

Souffrance atroce!!!

***

Ne vous trompez pas : je ne vous demande pas de croire…

***

Combien de nuits sans sommeil va-t-il me falloir encore endurer pour m’en sortir?

***

Angoisse mystique, sûr…

***

« Il n’y a pas de disciple de seconde main. »
Kierkegaard

***

C’est en quoi la certitude est mon propos &, au risque de me répéter, pas la croyance.

***

Pascal : « Misère de l’homme sans Dieu. »

***

Beaucoup moins d’Angoisse depuis que j’ai commencé de dessiner.

***

Mon corps se replies avec horreur, dans l’incapacité de participer.

***

Angoisse! – Ce livre en est un de l’Angoisse!…

***

Angoisse atroce!!!

***

D’un seul coup, me voici au bord des larmes.

***

Pratique non vertueuse de la vertu. Vivre dans l’inauthentique.

***

Je n’arrive presque plus à m’exprimer, l’Indicible.

***

Si je ne me convertis pas, hé bien je suis tout simplement mort.

***

Dans la voie que je suis à présent, je ne puis m’y aventurer que seul.

***

Éthique de l’extase.

***

Pardonner est inutile à partir du moment où l’on sait attendre. En effet, la patience est l’apprentissage 1er. ( cf : Hesse. )

***

Je ne demande qu’une chose : ne pas être dérangé…

***

La qualité littéraire de La Bible.

***

La Foi à l’épreuve de l’Angoisse?

***

Je n’ai pas été aussi angoissé depuis mon sevrage de l’alcool.

***

J’excite ma mystique avec des amphés.

***

L’angoisse existentielle ne peut se résorber dans les médicaments.

***

Ne pas prendre les Religions au pied de la lettre : elles appartiennent à leur époque.

***

Instant de paix quasi-total…

***

Agitation extrême, impossibilité de me concentrer, & angoisse atroce.

***

La Religion est fondée sur la Révélation, c-à-d sur la Manifestation.
Action & passion.

***

L' »Ouvert » chez Heidegger & Jaspers est un concept mystique. Sur Hölderlin : le salut.

***

Dieu est Cause & conséquence; c’est en cela qu’il est Nécessité.

***

Mais Dieu se pense-t-il tel, moi, je pense à lui. Me pense-t-il?

***

Ennui mortel – mystique…

***

Comment Dieu se rapporte-t-il à lui-même?
Certes, pas de la façon dont, moi, je me situe ( en rapport avec moi-même ) en tant que sujet. ( Subjectum )

***

Dans l’irrésolution, la plus complète aboulie.

***

Noire extase, couleur de nuit.

***

De nombreuses vibrations, dont témoignent mes dessins.

***

Vais-je enfin retrouver la Joie des vrais mystiques?
Non, car tu conserveras ta Raison.
& ma conscience?
Justement, elle sera ton fardeau. À présent, tires-toi, & essaies de faire avec…

***

C’est de pire-en-pire…

***

L’idée de Dieu n’est pas une représentation, mais une atmosphère.

***

Lire la Bible, cette réfutation du mysticisme…

***

Mon sujet est la Mystique &, plus ça va, mieux je comprends Bataille.

***

Le but, ici, est que de comprendre la souffrance, que de penser mon mal.

***

II/ Angoisse.

J’ai commencé ce Livre dans l’Angoisse; je n’avais pas compris qu’elle était prophétique…

***

L’on ne trouve Dieu que loin de Lui.

***

Je suis en état de possession complète. Chamanisme?

***

Exaltation mélancolique!

***

Raison ou extase : devenir-autre.

***

Pensée à l’état pur?

***

Religion.
Science.
Art.
C’est dans ce sens-là, nul autre…

***

La Bible, c’est comme les nouvelles technologies, une fois que l’on s’y est mis, l’on se demande comment on faisait avant…

***

L’Angoisse décroît, & je me sens vide, vide – vide…

***

Ce matin, enthousiasme. – Trop?

***

Est-ce au plan psychologique que je pose le problème?
Bien-sûr que non, sans quoi je ne verrais pas qu’il y a problème.

***

Le Vertige me prend!

***

Les yeux de l’Esprit?

***

Donnez-moi de la Matière!

***

Tout de dirige – chemin…

***

( 100 mg d’Amphétamines. )

***

Je n’y arrive plus…

***

Complètement incohérent.

***

Puis je donne du café à mon Esprit.
Je peux tout.
Je suis tout.

L’individu hyper-non-psychologique!

***

pour poser un problème, encore faut-il l’atmosphère de ce problème.

***

( Champ problématique. )

***

& tout se met à bouger, à trembler.
Peur intense.

***

Telle est bien, je suis le premier à le reconnaître, la panique mystique.
Complètement Ouvert, je suis en quête de quelque-chose de plus…

***

Précautions oratoire.

L’expérience ici décrite est le fait d’une angoisse mystique. Elle a débuté le 01/04/12 & j’en ressens aujourd’hui le point culminant dans ce que je serais tenté d’appeler une panique mystique.
Je cherchais probablement déjà un sens, c-à-d : une direction à mes tourments, à mes troubles psychotiques. Ne fallait-il pas me dématérialiser?
Ce qui est écrit ici l’est sans recherche aucune au plan strictement stylistique. J’avais déjà essayé tous les styles, mais j’avais oublié ceci : le non-style…

Me dépouillant progressivement de mes acquis, je commençai de monter…

***

Croyez-moi, je n’avais pas préparé mon coup. En effet, c’est venu tout seul. Excité par les amphés & divers produits, dont l’acide lysergique. Mais – allez! – qu’importent les substances – car elles ne sont pas nécessaires…
Je sortais d’un recueil d’aphorismes, Un autre jour peut-être, où, il est vrai, j’avais déjà tutoyé bien des hauteurs. Ayant publié cela sur mon Blog, une fille me dît : « Tu as l’air préoccupé par la Religion… »
– & c’est vrai…

***

Exerpt, 04/04/12

Se doutent-ils de quelque-chose?… Mon état général est une continuelle élévation & je ne puis me contenir plus longtemps…

***

Mais ce n’est pas tant le saut dans la Foi que l’horreur du Doute. Je comprends ceci : que le Doute n’est pas une option spéculative, comme chez Descartes, mais un postulat existentiel. Il faut donc en passer pas un pessimisme radical, puis sortir du pessimisme – tel vraiment est le saut. « Sortir » du pessimisme, cela, ce n’est pas vraiment mon propos, mais je veux parler d’un Renouveau du Pessimisme, post-nihiliste.

***

Une Joie atroce comprime mes nerfs – & l’énergie est… – Trop…

***

Les amphés me travaillent &, dessinant sur mon carnet, je m’aperçois que rien n’a aucun sens…

***

« Ce n’est pas le doute qui tue; c’est la certitude. »
Nietzsche.

***

Sortir du Désespoir, oui – pas du pessimisme…

***

Ce qu’il y a de plus lointain? – L’intérieur, nul doute à cela.

***

Mystique atroce, vas-tu me lâcher?…

***

Atmosphère du problème. Il n’est même, & à ce titre, pas impossible qu’il ait un parfum…

***

Ne faut-il pas que l’intérieur assimile l’Extérieur?…

***

Mais, au moins, que cela se passe dans la Joie.

***

Ces fragments – puisque je ne puis lire & écrire que des fragments – relèvent d’une mystique qui s’est pensée elle-même.

***

Ataraxie : début de la sagesse. Mais d’une sagesse vibratoire, ce dont témoignent mes dessins.

***

Sans vibrations, justement, pas d’énergie – & tout vrai problème doit pouvoir être posé en termes énergétiques.

***

Le Moment esthétique.
Joie de l’angoisse.
& Inversement…

***

Ce que m’ont appris ces quatre jours : aimer l’Angoisse.
Pas forcément l' »aimer », mais, à tout le moins, m’en servir.

***

L’Angoisse commence, existentielle, & je ne sais que trop ce que je vais devoir essuyer…

***

Sur-excitation. Je n’arrive… Je ne vais pas tenir.

***

Toute-Puissance de la Pensée.

***

Grandeur Religieuse de Kierkegaard : avoir fait du péché un Processus.

***

Je ne dis pas que je suis Religieux : je cherche des Réponses, j’essaies de donner un sens à mon Angoisse.

***

L’Angoisse est trop forte, je ne vais pas pouvoir continuer.

***

L’angoisse est une forme de résolution des contradictions : elle consiste à vivre, à expérimenter le Doute, c-à-d : la Foi.

***

Le problème de la Connaissance & la connaissance en tant que problème.
Le Cas-Socrate.

***

Le cas-Nietzsche. ( K.Schechta )

***

Blake : résolution des contradictions.

***

Artaud : mystique & théâtre.

***

Poe : « Le Démon de la perversité. »

***

Anachorète : se retirer du monde, au profit du monde.
Pascal & le divertissement, & la solitude des abîmes.

***

Ces fragments traitent beaucoup plus de l’Angoisse que de Dieu. L’Angoisse est la quête d’une Réponse.

***

Plié en 2 par l’Angoisse que je ressens au creux de mon ventre, je n’y arrive plus : telle est la formulation de l’Impossible.

***

Je viens de trouver le titre de ces fragments mystiques : Direction.

***

Le but en est la Transfiguration.

***

Réaliser Totalement ceci : être un Homme.
Un Contemporain?…

***

Kierkegaard & St Augustin.

***

Mon entreprise ne relève en aucun cas de la justification.
Mais de l’Angoisse Sacrée.
Ne pas se plaindre, c’est vain.

***

Comment penser sans Hegel?
Bataille : hypothèse de Hegel devenant-Dieu.

***

Tout rapport est un rapport à l’Extérieur.

***

La mystique a donné un sens à l’Angoisse.

***

Spasmes d’Angoisse dans l’estomac.

***

Si Dan Brown est tout ce que le XXI eme Siècle peut produire en matière de religion, il est plus-que-certain que je ne serai jamais compris.

***

Il faut vivre sa foi. En ce qui me concerne, j’endure le Doute.

***

Extase à l’envers.

***

Tout a commencé par ce sentiment de vide intérieur, de dépossession.

***

Je suis sur la Voie de la spiritualisation complète.

***

J’ai de plus-en-plus peur…

***

Ce Livre en est aussi un de la sortie du Blues.

***

L’Angoisse est plus forte, de plus-en-plus forte.

***

État de complète stupéfaction & angoisse.

***

Je suis aussi tendu qu’une corde de piano – de guitare…

***

Je ressens le moindre de mes nerfs.

***

Je vibre d’Angoisse & d’extase, ce que trahissent mes dessins.

***

Vibrations lysergiques?…

***

Je suis à un tel point d’Angoisse que les médocs sont impuissants.

***

Impression d’être écartelé.

***

Novalis : Transfiguration de la Mort.

***

L’institution religieuse relève de la sclérose.

***

Tout a commencé avec le Vide.

***

Dieu est le seul à pouvoir penser son extérieur.

***

15:00.
Je ne suis plus angoissé & me sens vide.

***

Il convient d’oublier un peu ce petit moi narcissique, ce Tyran, « connard intime »…

***

Plus aucune Angoisse; & ça me manquerait presque…

***

« Voix de personne. »

***

Je tourne l’Angoisse à mon avantage. Judo mystique.

***

C’est toujours à le même heure que l’Angoisse me quitte.

***

Le calme est plus dangereux que l’Agitation…

***

Retour de l’Angoisse, plus faible – de l’anxiété.

***

Extase!
( 17:00 )

***

Genèse : contact direct entre Dieu & les Hommes.

***

Le tout n’est pas la Religion, mais la façon dont le sujet se rapporte à la Religion.

***

La Religion comme processus.

***

Le vrai est ce qui peut être pensé.

***

Des plaques de réalité s’en vont…

***

Vibrations, vibrations, vibrations!

***

Je suis dans la phase critique de l’Acide.

***

Je perds la tête!

***

Diaboliques amphétamines, presque pire que l’Acide…

***

Micro, j’entre dans le domaine micro.

***

Voix! J’entends des Voix!

***

Petits moments pour une petite vie.

***

D’un coup, je suis totalement clair…

***

Tout cela, petit, petit, petit!…

***

Pentes. Pourquoi toutes ces pentes?…

***

Ma conscience prend conscience d’elle-même.

***

Aucune sensation, ni émotion. Je suis radicalement coupé du monde.

***

On me pousse par derrière. Je me tourne : personne. – « cela seul & rien de plus. »

***

Joie extatique!

***

La police rôde…

***

Poussée, c-à-d : phase.
De foi.

***

Mais j’ai perdu la Foi.

***

Le Doute!, rien que le Doute.

***

Si je ne fais pas un saut dans la Foi, je suis perdu.

***

Je commence d’être hyper-nerveux, je n’y arrive plus…

***

La mystique est la Religion plus le morcellement.

***

Dieu me fait souffrir.

***

Me revoici dans un état d’attente & de gourmandise, presque fiévreux – pensant.

***

Poser un problème, c’est s’ouvrir. Je pose le problème de la Foi &, ainsi, m’ouvre à elle.

***

N’est-ce pas le sens de la conversion?

***

Encore quelques vibrations liées à ma consommation d’Acide…

***

Joie incroyable, – morbide…

***

L’Angoisse revient, comme tous les jours vers midi – mais il n’est que 11h…

***

La mystique me travaille de nouveau.

***

5 mg de Zyprexa.

***

Le problème du péché…

***

Le poète ne serait-il pas le messager de Dieu sur Terre?…

***

( Zweig. )

***

Presque plus d’effet de l’Acide…

***

Cercle vicieux, sans aucun doute.

***

Justement, comment penser vraiment sans Hegel?

***

Risque de tomber dans l’esthétique. ( O. Wilde. )

***

Hegel & l’immédiat, portant lui-même la possibilité de son dépassement.
Ergo : l’Immédiat est médiat.

***

& Si le premier moment de l’histoire était parole?…

***

L’excitation retombe.

***

Si le but de la sagesse est que de trouver la paix, celui de la mystique est une tension permanente.

***

« Ce matin-là », de Air.

***

Kierkegaard avant Freud.

***

& Maupassant.

***

& Si la religion était une victoire sur la tristesse.
( Contre Nietzsche. )

***

Même quand l’on pense contre Hegel, l’on ne peut se passer de lui.
Cf : Foucault.

***

je suis en train de m’éteindre…

***

« – Tant il est vrai que je vis en Enfer. »

***

& Je raconterai comment j’ai perdu la Foi…

***

Après quatre jours d’Angoisse extatique, dépression, aujourd’hui.
( 05/04/12 )

***

Celui qui a la Foi est invincible.
Ainsi parla celui qui avait perdu Dieu.

***

Angoisse & Bourdon…

***

Je suis trop calme.

***

( Acide. )

***

Je suis en pleine forme. Puis c’est l’horreur. Puis, de nouveau, la pleine forme. Etc.

***

Au max’ de l’Angoisse, je ne puis plus rien entreprendre.

***

Désespoir catatonique

***

Enfer complet…

***

Le Christ, un chaman?

***

Je suis d’un fatigué…

***

Entre infini & néant, – l’Angoisse.

***

Le but est que de franchir les limites, & de s’y brûler…

***

Bourdon complet.

***

Kierkegaard & Foucault.

***

Impossible d’écrire, impossible tout…

***

L’Angoisse de n’être que moi.

***

Kierkegaard : Angoisse & avenir.

***

!!!

***

Panique ( Mystique ).

***

Kierkegaard ne serait-il pas celui qui a retourné le Christianisme contre lui-même? – Mystiquement cela & rien de plus…

***

Rimbaud ne vient qu’après! – Qui a écrit l’Évangile Païen.

***

( Abus de Tranquillisants & d’Amphétamines… )

***

Écrire : Présence de Hegel.

***

Hyper-excitation!

***

Réponse à cette question : qu’est-ce que le Paganisme?…

***

« Car seul le fou est bien calme. »
A. Artaud

***

J’ai enfin compris – pensé?… – ma mystique : paganisme.

***

Coeur qui s’emballe; c’est risqué – mais je reprends des amphés.

***

Destin…

***

La fameuse « fin de l’ère Chrétienne », ne serait-elle pas l’Avènement-évènement du sang païen?…

***

Mallarmé dans la lignée des Stoïciens.
Igitur.( Ergo )

***

Les Grecs avaient le Théâtre & l’Oracle pour expliquer le Destin. Il ne manquaient ni d’humour ni encore moins d’ironie.
Le Christ est par trop sérieux.
Humour du Christ.
– Oui, dans sa dimension chamanique.

***

Castaneda.

***

« Tenir le pas gagné. »
Rimbaud.

***

Angoisse atroce!!!

***

Le début de la Sagesse est que de vaincre la colère.
Mais le premier point pour vaincre l’Angoisse est que de devenir coléreux.

***

Kierkegaard fait une confusion : morale n’est pas éthique.

***

Angoisse….

***

Mon excès de barbituriques d’hier se fait encore sentir…

***