COLORED PLATES

image! toi, ce rêve amoindri, distance féroce de ceux qui savent? prendre cette tournure n’est que trop, c-à-d : ceux qui savent, ici & là
vers un autre partir
j’ajournes dès à présent
l’Avenir

***

t/jrs ce vide, cette absence à n’en plus finir
l’ennui est encore ce que je connais le mieux mais, en ce tendre soir où fût une fois p/r toutes l’Amour connu, il se peut que le réveil, idole aux yeux de mort, soit impatient

***

& ce Savoir, trop, du moins à ce qu’ils disent de moi, hypermnésie & Ennui mystique, « cela seul & rien de plus »
l’Agitation me prend, colère de qui veut. je tousses dans mon mouchoir & pèse le métal, – Volonté
n’en faut-il p/s plus p/r que le Passé resurgisse, lui de l’autoroute, une question que je ne lui ai jamais posé
un peu! m/s quoi d’autre qu’une multitude d’Enfance, attendant d/s les pentes, jouets solitaire,
& maintenant?

***

cette ultime visite d/t je ne supportes p/s la vitesse… mais, quoi?, n’y eu-t-il j/ms rien d’autre qu’un Satan pressenti, & ce souvenir, cuve orangée & adultère
m/s il semble aussi, du moins si l’on regarde autour de soi, famine famélique apparemment commandé par quelque Dieu ivre endormi d/s un quelconque bordel où il est sûr – & par là! – qu’il laissa un cheveux, une cigarette & un café. c’est cette lutte, non l’Autre, d/t je suis

valses soudaine & dans Suisse, évadés fiscaux & j’en passe, boîtes de nuit à la mode, cocaïne : 2 mondes, t/jrs. ainsi, chacun prend ses aises &, entre n/s, il me semble que c’est mieux comme ça
pourtant, je ne romprai p/s l’hymne ce cette joie, aussi maudite & morbide fût-elle, car je sais le prix d’un pont qui flambe d/s une autre vie, celle-là ou une autre
quelle requiem innocent! m/s le t/t est que ça marche, & même se mêler de faire divan
où est la cohérence, là-dedans?

ma colère ne fait que redoubler à cette Pensée communicative : il suffit, p/r se convaincre de cette misère, de chercher en vain un bon Samaritain… oui, m/s où est donc passé la Gauche?

***

ce monde de terre que je connais, & d/t la Tradition se perpétue sans ces reprises, d/s ces Enfers dormant d/s les s/s-bois, un matin d’ivresse. il est sûr que je me faufiles trop d/s le mental, & que cette came est par trop pure
j’en ai plus que marre! m/s il faut croiser les bras & attendre que pleurent les grandes filles
amertume allègre cela, que je serais tenté de nommer : Poésie
une fois entendu cette sphère, il reste à libérer les chefs & de trisser le South atroce de dépendance. quel Festival!, mon vieux! un ami me dit d’arrêter, m/s ce n’est j/ms aussi simple
car je dors t/te les journées, ne m’élevant que p/r les zones bandantes de nuit
un soleil délavé & amer, dévidé de t/s côtés

un rien mystique, m/s à peine, ça, je puis v/s l’affirmer
Chicago s’y entend à réduire les têtes, m/s le Bronx sait être plus affuté & les soigneux alcools courant d/s le sang épais
Soleil, t/jrs!, malheureusement
– Quelle heure est-il?
– Maintenant.

***

mythes moyens, ouvrier-ouvreur d’intempérance, manifestant les haines, drainant les gênes d/s les villes-usines, lenteurs pourrissantes d/s le soleil matinal & occupé,
peut-être, du moins, – à se refaire, m/s aussi : demain, c’est la fin du monde, alors je m’avises de ce qu’il ne faut p/s attendre p/r jouer du tam-tam d/s les corridors nus & Pensants
une idée par jour, c’est bien trop, oui : il s’agit de savoir se reposer & rêver. aussi, au matin, se réveiller d/s une botte ( m/s p/s de sept lieux… ) est trop rassurant p/r moi, je préfères de loin les gencives hurlante

– & cette hatroce joie qui continue, malgré les médocs & autres barbituriques & drogues! passons : ce n’est qu’une faute de play-back. les ancêtres s’y connaissent mieux que moi, pourvoyant mon âme poreuse de conseils-jugements outrageux
mon Esprit s’éteint

***

c’est encore cette vieille Idées, m/s qui a contre elle des Siècles de Savoir : le Progrès, l’Homme, etc. que l' »Indigné » est pitoyable : lui administrer un tranquillisant serait le mieux
le Mal est vieux & ne me tente p/s plus que je n’écris ceci sur mon lit de mort d’ado asthmatique et révolté
l’Âge du monde, en somme…
m/s je m’emportes sur moi-même mieux que ça. un enfant du Siècle, il ne saurait en être autrement
la nuit d’hiver me conduit plus loin, maîtresse sûre & alléchante, mordant nos baisers d/s le Noël hypothétique, – hybride
réflexion faîte, je reprendrai de ce repas, bien que je n’ai p/s faim, le t/t étant de savoir se tenir : bonne manière, flics de rue. ils arrivent t/jrs au même instant, prévisibles, risibles
trop tôt!, voilà le Truc, & ne commencez p/s de me faire chier! non : il faut que je me fasse soigner, sans quoi je vais me remettre à délirer & faire tournoyer mille-&-un monde d/s ma besace. ce truc, adonque, est connu comme le loup blanc : « & j’meurs t/t-ça-t/t-ça », etc. c’est ce que je voulais dire à ce clochard du matin, lyrisme & charité mis à part
sauf moi…

***

les rues sont pourtant voisines, & t/t le monde s’ennuie autant que moi, alors les amuseurs-exploiteurs s’en donnent à cœur-joie
les mot me manquent & sont gluants. je les détestes, m/s suis bien obligé de composter, pardon : de composer a/c eux. l’image non-plus ne me tente p/s. voilà!, – il me faut une soirée d’Espagne tendre a/c toi

***

je suis éloigné de t/te foi! Dieu n’est p/s mon ennemi, m/s chacun. tours pervers-narcissiques joués par lui en prébende
les ventes ont commencé, & rien ne doit rester, sans quoi les Maudits reviendront hanter les assiettes
plus tard, bien sûr, il faudra ressortir, m/s la peur, jeux video, le soir, avant de manger
je suis trop changeant p/r me fixer. horreur!, – je ne sais plus qui je suis, m/s l’emporte plus loin
l’Ennui règne en maître, off course

***

ouah! quel Blues! non, c’est mieux.
m/s après?…

***

vieilles figures apparaissant d/s la lueur de ma lampe, meurtries de Raison qu’on n’a plus
& cette tournure est mienne, que je ne revendiquerai pas
la musique, elle, est t/jrs là, m/s il semble qu’elle ne vaille plus rien. éteindre les hatroces lumières s’impose

***

impression de déjà-vu, de cette âtre terreux et infâme, cruelle sortie extatique, – enfin
que ce destin est sombre, parfumant de curieuses chances cet aspect incompréhensible

***

œil-trou, viscères arrachés
voilà bien un tube schizo, il me dit. funeste fumisterie! tu me prends p/r qui : je ne respectes rien, surtout p/s toi. les lignes enfantent les discordes, signant là un oiseau irrévérencieux, fatal p/r qui le contemple, Démon blanc du ciel s/s-terrain
m/s revenons à cette élégance, le trait, l’Esprit. m/s, moi, je suis idiot & impossible
l’eau, iPad

***

exégète du rien, comment vas-tu sortir de ça? c’est la question que je pose à t/s les types sensés. dehors, les mômes rigolent, probablement shootés à la colle
moi : pire. usines & garages, p/r ce qu’il y a de mieux
fin de la faim, de la soif, m/s p/s du désir, dont le maximum sait renaître, énigmatique-érotique, vicieux
les zones se transforment à la fenêtres, complètement ratées
moi, fumant, j’entends encore cette Pensée agir en moi. sans plus attendre, je me mets au parfum, rues cruelles arpentées au petit matin, aube étrange autant que je suis mauvais
le Démiurge aussi. cool, il fait valser les univers & chavirer mon corps, comme cette saloperie

***

Manque

Manque.

Mystique ou Marxisme?

***

Tout ce qui s’affirme se fait contre autre-chose. Seule la Volonté meut le monde.

***

Manque atroce!!!

***

Impression que d’être de trop.

***

Je ne suis ni à la Société ni à l’Histoire. En effet, je nies les deux…

***

Découragement.

***

Hier, passant par la Fac, – & un véritable fixe de nostalgie. Voilà ce qu’il en coûte de voyager en Amnésie.

***

Trop d’Intensité : je ne vais p/s tenir.

***

À l’école, l’on devrait remplacer les cours d’Histoire par de la Biologie. À tout le moins serait-ce plus… – Propre.

***

Vous voulez faire du mal aux « Hommes »; – Enseignez-leurs la Liberté.

***

Oui : en finir avec l’Homme qui gît en moi.

***

Voué au non-sens comme d’autres à la piscine…

***

Crucifié par les émotions!…

***

Oui : être parti pour un Grand œuvre, – et finir dans le fragment…

***

Des évidences, des plaques de réel.

***

Illuminations, « colored plates ».

***

Idolâtre du fragment, fanatique de l’Inachevé…

***

Hé!, -quoi? Heidegger n’écrivait-il pas des poèmes?…

***

Résolution des contradictions.
– « Pardon, mais dans quoi faîtes-vous?
– Dans le désespoir. Et vous? »

***

Plier en deux par le manque.

***

Le Sens me travaille. Il faut sauter dans l’Absurde. ( Morale de l’Acide. )

***

Non, mon but est d’être un métaphysicien du fragment.

***

Les « Indignés » m’affligent : un peu de résignation, que Diable! : Aillez le sens de la Fatalité.

***

Manque : boire des litres et des litres d’eau. À coup sûr, jamais un « Indigné » n’arrêtera les tranquillisants. Que dis-je?, – pas même la cigarette…

***

L’effort intellectuel dispense de toute autre occupation. En ce qui me concerne, en tant que surdoué, je suis un renégat de l’Intelligence, – un filou de l’Idiotie…

***

Je conseille une cure de tranquillisants à tous ceux qui exercent un emploi. Que dis-je?, – À tous ceux qui sont, à tout le moins, – affairés.

***

Il dit à qui veut l’entendre qu’il travaille dans la « com' ». Moi aussi. – Tout le monde, en fait…

***

En ce qui me concerne, j’œuvre, à tout le moins, dans l’Essentiel, – c-à-d dans le Rien…

***

Bref, la Métaphysique…

***

Le cinéma Français : Sociologie & Psychologie. À croire que Goddard n’est pas passé par là.

***

J’aimes mieux ça…

***

Le coup à la Métaphysique porté par Kant. Pour ne rien dire de la Révolution Française…

***

Dans une Nation d’agité, le surbooké est roi, & l’oisif… – Proscrit. Après ça, se demander pourquoi je me caches est superfétatoire : il faut prendre le maquis dès aujourd’hui, entrer dans la clandestinité.

***

Et dire que peu de gens, de nos jours, ont compris que la Métaphysique est le présupposé même de la Science…

***

Depuis toujours, je ne lis un livre que si, au moins, il traite du Néant. Que dis-je?, – Du Rien…

***

Il ne me reste qu’à devenir un Mystique de l’Ordinaire.

***

& dire que, malgré ça, je me refuses à écrire sans style…

***

Mon but : débusquer les faux problèmes. Ce en quoi, moi aussi, je suis intempestif.

***

La mort du Romantisme, voilà un sujet digne de moi. J’allais écrire un livre à ce propos, mais me suis aperçu que cela aurait été, justement, par trop Romantique, pour ne pas dire Tragique. Alors, un fragment, peut-être, suffit.

***

Une Philo ne commençant pas par le pathologique est, à mes yeux, discréditée d’avance.

***

« Amertume », voilà ce qui me définit le mieux.

***

En toutes situations, essayer de conserver sa Raison. Le vrai fou seul peut ébranler l’esprit de son Psychiatre…

***

Ma 1ère erreur a été de croire aux pouvoir des mots; la 2ème, à celui de la Philosophie…

***

Mon Dieu!, – Me voici complètement Idiot!…

***

La Tragédie n’est pas dialectique, mais la Dialectique, elle, est tragique.

***

Je suis un Négateur, – pas un Nihiliste.

***

Ennui complet, – & il n’est que 11h…

***

Faire de la Philo à partir de rien, tel est la marque des esprit d’élite. Moi, je ne fais pas de Philo mais, si j’en faisait, je la blinderais de références.